La perte de cheveux ou alopécie (calvitie) est une affection qui touche plusieurs personnes qui n’ont généralement aucun point commun. Affectant plus les hommes que les femmes, l’alopécie consiste en une perte quotidienne massive des cheveux. Phénomène plutôt incompris, plusieurs facteurs en sont à la base et nécessitent d’être connus. Cette situation peut à la longue devenir gênante ou inquiétante. Lorsque les mesures ne sont pas prises, elle peut faire beaucoup de dégâts et même devenir irréversible. Comprendre le phénomène permet d’y faire face plus efficacement et de trouver les moyens de renverser la tendance.

La perte des cheveux : qu’est-ce que c’est ?

Les spécialistes désignent par perte de cheveux ou alopécie, l’accélération de la chute sensible des cheveux ou des poils sur tout le corps. Elle commence généralement sur le sommet du crâne et tend à se généraliser sur le cuir chevelu et le reste du corps.

la perte de cheveux

Comprendre le phénomène

Lorsque les cheveux tombent, il ne s’agit pas forcément d’une alopécie. Les cheveux croissent en permanence et se renouvellent après un cycle de vie de 3 ans chez l’homme et 4-6 ans chez la femme. Lorsqu’ils meurent, ils sont simplement remplacés.

Il faut attendre deux à trois mois avant que les nouveaux cheveux deviennent suffisamment envahissants pour chasser les autres follicules pileux. Un être humain normal perd entre 45 et 60 cheveux par jour. Cette quantité grimpe en automne et baisse en été puis au printemps.

La masse capillaire compte en moyenne entre 100 000 et 150 000 cheveux. Il faut commencer par se poser des questions lorsque la perte dépasse quotidiennement les 100 cheveux.

Les types de perte de cheveux

Selon les causes ou les manifestations de la chute excessive de cheveux, l’alopécie prend plusieurs appellations. Elle peut être acquise, aiguë, congénitale, diffuse, localisée ou chronique selon son mécanisme. On distingue généralement l’alopécie androgénique, l’effluvium télogène, l’alopécie cicatricielle ou la pelade. Il existe aussi l’alopécie de traction et la trichotillomanie.

Cette dernière (alopécie peu connue) est la conséquence d’un tic qui accélère la croissance du cheveu. Ainsi, le capital pilaire des zones concernées est rapidement épuisé. Les racines capillaires se fragilisent considérablement et empêchent la pousse des cheveux.

L’alopécie congénitale est le cas le moins fréquent. Elle est encore appelée alopécie cicatricielle parce que les cheveux ne peuvent pas pousser dans ce cas-ci. L’alopécie cicatricielle survient lorsque le cuir chevelu forme une cicatrice lisse et brillante qui ne laisse pousser aucun cheveu.

De son côté, l’alopécie androgénétique constitue une chute progressive de la quantité et de la qualité des cheveux. Elle peut commencer dès la puberté. Lorsque la chute importante de cheveux ne touche qu’une zone précise, elle est dite circonscrite (zone dégarnie), pelade ou alopécie en plaques. L’effluvium télogène est une perte soudaine et importante de cheveux qui affecte l’ensemble du cuir chevelu.

Il s’agit de chutes fréquentes, mais passagères de touffes entières de cheveux. Ce type d’alopécie s’estompe au bout de deux à quatre mois. L’alopécie de traction, auparavant désignée par alopécie du chignon, est la perte de cheveux progressive qui affecte la zone frontale, les tempes…

Quelles sont les conséquences de l’alopécie chez les victimes ?

La perte des cheveux représente une véritable gêne pour la victime et peut engendrer autant des troubles physiques que psychosociales. Elle affecte aussi bien les hommes que les femmes, mais aussi les enfants.

Conséquences physiques

La première conséquence à gérer reste bien souvent un désagrément esthétique. Il est possible que la personne affectée par une alopécie se sente physiquement moins attirante. Cela devient plus sérieux lorsqu’elle vit en couple. Le poids des apparences y aidant, celui qui souffre de chutes de cheveux peut se sentir complexé.

La capillarité est généralement considérée comme synonyme de bonne santé. Perdre les cheveux peut donc signifier une perte de contrôle de son corps. Par ailleurs, la calvitie étant un signe de vieillesse, un jeune chauve pourrait se sentir diminué intellectuellement et professionnellement.

Conséquences psychosociales

Les personnes souffrant de diverses alopécies peuvent se sentir frustrées ou diminuées à cause du culte que vouent la société et les médias à la chevelure. Ce facteur peut devenir source de manque de confiance et de gêne pour les hommes et surtout les femmes. Cette réalité est d’autant plus handicapante en milieu professionnel.

Cet impact psychologique et émotionnel peut réduire le sentiment de jeunesse, voire l’estime personnelle. Heureusement, la plupart des concernés réagissent bien face au problème. Il faut relativiser pour ne pas en être affecté durablement. Après tout, ce n’est que passager et des solutions existent.

Quelles sont les raisons de la perte des cheveux ?

Les causes d’alopécies sont nombreuses, diverses et variées. Elles peuvent accélérer la chute des cheveux. Ces facteurs affectent différemment les concernés et un diagnostic précis est nécessaire pour traiter un cas.

Causes générales

Les carences alimentaires constituent l’une des causes les plus importantes des cas d’alopécie. En effet, la carence en fer et le manque de Vitamines B dans les régimes alimentaires constituent les principales raisons de chute sévère de cheveux. À cela viennent s’ajouter le stress et le manque de sommeil, y compris les changements de saison.

La chimiothérapie et la prise de certains médicaments provoquent également des pertes importantes de cheveux.

Causes spécifiques

Certaines mauvaises habitudes peuvent occasionner des alopécies plus ou moins sévères. Ces facteurs particuliers, pas toujours volontaires, provoquent des alopécies spécifiques.

Trichotillomanie 

Ce trouble pousse sa victime à s’arracher les cheveux de façon répétée et convulsive. Il affecte surtout les enfants et adolescents. Néanmoins, il peut persister jusqu’à l’âge adulte.

Alopécie congénitale 

Elle est engendrée par une absence de racines des cheveux ou une sévère anomalie de la qualité du poil.

Alopécie cicatricielle 

Relativement fréquente, elle est causée par un accident, une brûlure, une radiothérapie du cuir chevelu ou son inflammation.

Alopécie androgénétique

Elle est causée particulièrement par une grande sensibilité héréditaire aux hormones mâles (testostérone) présentes dans le sang. Cela provoque un épaississement du cuir chevelu et bloque l’irrigation sanguine des racines des cheveux.

Pelade 

Elle est généralement causée par une inflammation de la racine des cheveux en conséquence à une réaction auto-immune.

L’effluvium télogène

Il se produit souvent à la suite d’un stress aigu, d’un accouchement, d’un avortement, de l’arrêt de la pilule ou d’une anesthésie générale. Il peut être aussi la conséquence d’une maladie infectieuse, d’un traumatisme affectif ou d’un régime trop sévère.

Alopécie de traction 

Elle affecte surtout les femmes. C’est la conséquence de pratiques de coiffure traumatisantes pour les follicules capillaires.

Quels sont les remèdes envisageables pour empêcher la chute de cheveux ?

La plupart des alopécies ne sont pas irréversibles. Des solutions efficaces existent pour booster la fibre capillaire, retrouver sa belle chevelure et reprendre confiance en soi.

Les solutions possibles

Il existe plusieurs solutions pour prévenir la chute et avoir les cheveux soyeux en médecine conventionnelle ou alternative. Une greffe de cheveux ne nécessitant pas forcément d’intervention chirurgicale est envisageable.

Les traitements médicamenteux et chimiques ont montré de grosses limites face aux problèmes de chute massive de cheveux. Ils occasionnent aussi de nombreux effets secondaires, raison pour laquelle les solutions naturelles sont privilégiées.

Les solutions naturelles contre la calvitie

Il est fort probable de dénicher des solutions naturelles pour freiner la perte ou limiter la chute des cheveux. Le traitement anti-chute de cheveux (stimulation du follicule pileux) est à adapter suivant les causes du problème.

Alimentation équilibrée

Suivre un régime alimentaire riche et équilibré permet de ralentir la chute des cheveux. Un apport conséquent en vitamines B et en fer permet de corriger la fragilité des cheveux et donc de stopper la chute. Manger des œufs, des noix du Brésil, des poissons gras ou du soja sert à stimuler la repousse des cheveux.

Le but est de retrouver dans l’alimentation les oligo-éléments nécessaires à freiner la chute des cheveux et rendre ces derniers beaux et forts. Ils nourrissent le cuir chevelu et le protègent des agressions néfastes. La lysine, le sélénium, les acides gras oméga-3 et la biotine contenus dans ces aliments sont connus pour leurs bienfaits en faveur des cheveux.

Éviter d’agresser les cheveux

Pour éviter la chute de ses cheveux, encore vaut-il mieux ne pas les fragiliser. Il est important de veiller sur les soins capillaires employés afin d’éviter les produits nocifs à vos cheveux et votre cuir chevelu. En utilisant des produits appropriés, vos cheveux repoussent normalement et sans problème.

Les coiffures qui agressent le cuir chevelu et stressent les cheveux sont à proscrire. Privilégier les soins capillaires qui stimulent la pousse ou la phase de croissance des cheveux est très important. Cela produira de beaux cheveux.

Avoir une bonne hygiène de vie

Afin d’enrayer la chute des cheveux, il faut régler ses habitudes quotidiennes. Un effort doit être consenti pour éviter les situations stressantes et favoriser la détente ainsi que le respect des heures de sommeil. Selon les saisons, il faut trouver les bons soins naturels permettant d’entretenir vos cheveux.

Réaliser des bains d’huile végétale

Les cheveux ont besoin d’être hydratés et nourris. Une des meilleures interventions en cas de chute de cheveux consiste à privilégier les bains d’huile, mais pas n’importe lesquels. L’essentiel est d’employer le bon dosage et de laver les cheveux avec les produits appropriés.

Du beurre de karité ou le gel d’aloe vera servent respectivement à nourrir et hydrater les cheveux. L’huile d’olive renferme les antioxydants qui bloquent la phase de chute des cheveux. Par ailleurs, pour les faire repousser, combinez les avantages de chaque huile naturelle selon une périodicité bien réglée.

Employer des huiles essentielles

Les huiles essentielles ont montré de puissants avantages dans la lutte contre les chutes de cheveux. Elles servent à activer la circulation sanguine et donner du volume aux cheveux. En plus de favoriser la repousse des cheveux sains, le romarin et le ylang fortifient le cuir chevelu.

Dans la pratique, il faut ajouter quelques gouttes d’huile essentielle (4) à votre base lavante et l’appliquer du bout des doigts, en massant votre cuir chevelu. Ensuite, laissez agir pendant 2 à 3 minutes avant de rincer les cheveux.

Les compléments alimentaires

En complément alimentaire, certains composés naturels ont prouvé leur efficacité. Utilisée en bon dosage, la levure de bière par exemple, contient des vitamines du groupe B très recommandées pour épaissir les cheveux en 3 mois. Sous forme de poudre ou de gélule (comprimés ou flocons), elle s’utilise en mélange dans les aliments pour provoquer la repousse des cheveux.

Les poudres indiennes

La poudre de Brahmi favorise la croissance des cheveux, tonifie et apaise le cuir chevelu. Utilisée en masque, elle peut être associée à la poudre de Shikakai ou de Rhassoul pour prendre soin des follicules pileux et plus encore.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page