La chimiothérapie est une méthode médicale de traitement de cancers à partir de médicament ou de certaines substances chimiques. Elle est considérée comme un moyen de traitement médicamenteux à part entière. L’usage des médicaments chez les personnes souffrant bloque la division cellulaire et assure la destruction des cellules cancéreuses.

Cependant, il n’est pas rare d’observer des effets secondaires chez les personnes ayant suivi une chimiothérapie. Ces effets secondaires, souvent indésirables, peuvent se présenter pendant la chimiothérapie ou des jours après, voire des semaines, des mois, des années (effets à long terme). Ils peuvent également apparaitre sous différentes formes selon les individus.

Compte tenu de leur manifestation et les sensations qu’elles engendrent chez certains patients il est possible de reconnaitre plus ou moins les effets secondaires dus à un traitement chimiothérapique.

La perte des cheveux et des poils

La perte des cheveux et des poils est l’effet secondaire le plus courant lors d’une chimiothérapie. Elle s’applique presque à la totalité des patients concernés. Les follicules pileux se retrouvent atteints par les agents chimiothérapeutiques, entrainant non seulement la chute des cheveux, mais aussi des cils, des sourcils et de la totalité des poils pubiens.

Les quantités de cheveux et de poils qui seront affectés ne peuvent être déterminées en avance. Elles dépendent des doses de substance chimique administrées lors du traitement et de sa durée. Les effets se feront ressentir après 2 à 3 semaines, partir du début de traitement. Les cheveux recommenceront à pousser dans environ 6 à 8 semaines après la fin.

Ces effets secondaires, étant des signes visibles de la maladie, perturbent la plupart des patients. L’utilisation d’huile essentielle peut favoriser la repousse rapide des cheveux après le traitement.

Les douleurs articulaires et musculaires

On peut définir une articulation comme l’endroit à l’intérieur du corps où deux os se rencontrent. Les douleurs aux articulations (arthralgie) et aux muscles sont des phénomènes fréquents lors de la survenue d’un cancer et de son traitement.

Les manifestations

Ces douleurs peuvent se faire sentir de façon légère ou sévère. Elle se manifeste par les symptômes suivants : Douleur au bas du dos ; faible force de mouvement ; raideur suite à une activité ; douleurs chroniques, douleurs abdominales ou des membres inférieurs, picotement, etc.

Il peut aussi en résulter des douleurs à la colonne vertébrale, et dans le pire des cas de la moelle épinière.

Les personnes souffrant de cancer se plaignent le plus souvent de douleurs causées par d’autres maladies inflammatoires (arthrite rhumatoïde, polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme inflammatoire, etc.).

Les causes

Lors du traitement par chimiothérapie, les médicaments sont les principales causes de douleurs chez les muscles et des articulations. Il s’agit de plusieurs types de substances dont on peut citer la bléomycine, la cladribibne, la L-asparaginase, le paclitaxel ou les médicaments stéroïdiens.

Comment soulager les douleurs ?

En cas de survenue d’une douleur quelconque lors du traitement, il est conseillé de prévenir le médecin-traitant. Afin de calmer la douleur, il sera en mesure de déterminer par exemple les substances qui devront être substitué par des médicaments non stéroïdiens.

Si les douleurs surviennent bien après le traitement, il est toujours préférable de constater son médecin. Les médicaments pour combattre les douleurs sont les analgésiques anti-inflammatoires, les corticostéroïdes, les antibiotiques ou les anti-convulsivants (anti-douleur).

La baisse des cellules sanguines

La chimiothérapie entraine la baisse des cellules sanguines produites par la moelle osseuse. La quantité de cellules sanguines atteint son plus bas niveau à environ 7 à 14 jours après le début du traitement. Cet effet secondaire est considéré comme le plus dangereux.

La baisse du nombre des globules blancs et rouges et des plaquettes entraine une mauvaise circulation sanguine et un trouble du système immunitaire. Les personnes concernées peuvent alors ressentir de la fatigue, des étourdissements, de la pâleur, , un essoufflement ou des sensations de malaise. Elles sont plus exposées aux risques d’infection et de saignement.

Les nausées et les vomissements

Les nausées surviennent la plupart du temps dans les 24 heures après la prise des agents chimiothérapeutiques. Elles peuvent durer jusqu’à 72 heures (cas particulier), mais ne sont pas nécessairement suivies de vomissement.

Le phénomène de nausée anticipatoire peut intervenir dans les cas où le patient éprouve une anxiété bien avant le début du traitement, voire avant l’entrée dans l’hôpital. Ces types de nausées peuvent être évités à l’aide d’un bon exercice de relaxation.

En cas de vomissements, il est préférable de patienter 1 heure à 2 heures avant de manger et de se rincer la bouche avec de l’eau froide.

Les médicaments anti-nauséeux utilisables dans ces circonstances sont ceux prescrits par le médecin-traitant. Enfin, les contre-indications qui sont liées aux produits à propriétés anti-nauséeux méritent d’être lues.

La perte d’appétit

La perte d’appétit est souvent causée par le mélange de plusieurs facteurs : les nausées, les vomissements, les changements du goût ou de l’odorat, les déchets accumulés après la mort des cellules cancéreuses, les. Les aliments deviennent alors moins appétissants. Dans certains cas, on n’arrive plus à avaler quoi que ce soit.

Les conséquences directes qui suivent sont la malnutrition et l’envie d’abandonner le traitement en cours. Éviter leur propre cuisine et se tourner vers les mets soigneux et élaborés avec beauté peut susciter l’appétit chez les patients.

Autres effets secondaires

D’autres effets secondaires sont également susceptibles d’intervenir pendant et après la période de traitement :

Les agents chimiothérapeutiques peuvent engendrer des troubles digestifs, entrainant à leur tour la diarrhée. Fort heureusement, avec une alimentation pauvre en fibres, il est possible de soulager ce problème. Le traitement avec la chimiothérapie peut être la source d’autres maux plus sévères que des troubles digestifs.

À cet effet, on peut constater chez certains patients des changements de couleur de la peau ou des yeux, ou encore des maladies chroniques. Les troubles du sommeil, la constipation, les lésions de la bouche peuvent également apparaitre. Comme il a été précisé précédemment, avoir pour première intention d’informer un médecin est dans la plupart des cas la meilleure solution.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page