Dès les trois premiers mois qui suivent un accouchement, plusieurs jeunes mamans perdent leurs cheveux de façon inexpliquée. Selon le cas, la perte peut être plus ou moins importante. Les femmes les plus atteintes perdent jusqu’à un tiers de leur chevelure. Il convient donc de prendre les mesures adéquates pour endiguer cette alopécie qui, fort heureusement, n’est pas irréversible, si bien traitée.

Accouchement et chute capillaire
L’accouchement est l’une des raisons qui peut causer la chute de cheveux

Qu’est-ce qui explique les pertes de cheveux après accouchement ?

Les experts capillaires expliquent la perte de masse capillaire après accouchement par une chute de la quantité d’œstrogène dans le corps du sujet. Ce phénomène diffère de l’alopécie androgénique causée par un excès d’hormones mâles dans le sang chez la femme.

Un bouleversement hormonal

Toutes les opinions s’accordent sur le fait que la grossesse est une période forte pour les femmes. Cet événement marquant tant sur le plan mental que celui physiologique de la femme entraîne d’importants bouleversements. Elle est sujette à une forte influence hormonale qui lui est bénéfique.

Il est notamment remarqué une amélioration de la qualité de sa peau et de ses cheveux. Cela est dû au taux élevé d’œstrogène présent dans son sang. Le cheveu est durant cette période plus fort, plus sain et plus beau. Suite à l’accouchement, la chute brutale de cette hormone va causer la fragilité des cheveux et parfois des cassures.

Une mauvaise qualité de vie

En plus du bouleversement hormonal, plusieurs facteurs peuvent s’accumuler et aggraver le phénomène. L’arrivée d’un bébé, aussi mignon soit-il, rime souvent avec fatigues, stress et manque de sommeil. Combinés probablement à des responsabilités professionnelles, ces facteurs sont aussi cause de chute de cheveu.

Heureusement, ce type d’alopécie dure en moyenne deux ou trois mois. Il convient de prendre les bonnes mesures pour qu’il ne devienne pas chronique. En effet, laisser perdurer les pertes de cheveux, c’est prendre le risque d’aggraver le cas (nécessitant des traitements plus longs).

Quelles sont les causes des pertes de chevelure après accouchement ?

L’alopécie post accouchement est engendrée essentiellement par le bouleversement hormonal et le stress quotidien.

Un phénomène naturel

Quand les mesures ne sont pas prises, le phénomène peut s’intensifier et perdurer plus longtemps. Il peut paraître inquiétant selon la gravité occasionnée, mais reste tout de même normal. Les spécialistes l’appellent « effluvium télogène post-partum ». Lorsque la femme allaite, il peut survenir plus tard à cause du profil hormonal qui est légèrement différent.

Un ennemi invisible

En temps normal, 10 à 15 % des cheveux tombent ou se mettent en phase de repos. La période de grossesse ramène ce pourcentage à 5 %. Ainsi, après l’accouchement, lorsque les cheveux chutent, ils ne font que rattraper leur retard. C’est le taux d’œstrogène élevé dans le sang qui les maintenait encore en place.

Les cheveux qui chutent en masse correspondent à ceux qui devaient tomber depuis les mois précédents, mais qui ont été conservés. Après l’accouchement, les cheveux cassants retrouvent leur cycle normal et se resynchronisent. La nature capillaire reprend juste ses droits.

Quelles sont les meilleures astuces pour stopper la chute des cheveux ?

Les traitements médicamenteux se sont avérés inefficaces en traitement anti-chute des cheveux post-partum. Par contre, les remèdes naturels montrent plus d’efficacité pour obtenir de beaux cheveux et lutter contre les agressions extérieures.

Les traitements à base d’extraits de plantes

L’huile essentielle en massage pour cheveux 

Un massage ou bain d’huile à base d’hydrolats aromatiques (beurre de karité, huiles végétales) peut stimuler la pousse des cheveux. Il sert à frictionner le cuir chevelu pour activer la circulation sanguine. Utilisé après-shampoing, il est idéal pour freiner la chute des cheveux. L’huile coco, l’huile d’Argan et l’huile de ricin servent à traiter les cheveux secs.

Une cure de levure de bière 

Il existe des molécules de levure de bière en poudre ou comprimés. Excellents pour favoriser la repousse et fortifier la fibre capillaire, ils contiennent de la vitamine B, E, du zinc et du sélénium. Après utilisation, obtenez des cheveux longs, plus forts et plus brillants.

À prendre en compléments alimentaires ou saupoudrer sur les repas, il faut respecter les dosages pour plus d’efficacité (2 ou 3 g par jour pour la poudre et 3 gélules en trois prises pour les comprimés). Cette cure corrige les cheveux abîmés et stimule la croissance du cheveu.

Un traitement en fer et vitamines B

Un tel traitement permet de corriger la carence en fer et en vitamines B qui constituent la cause essentielle de la perte des cheveux. Le cuir chevelu s’en nourrit pour activer et stimuler la croissance des cheveux. Pour trouver de la vitamine B, consommez beaucoup de protéines (viande, poisson, œuf, lentille, oléagineux…). Ils contiennent les oligo-éléments recherchés.

Un apport en acides aminés (cystine et méthionine) est souhaitable. Ils permettent de synthétiser la kératine. Une forte consommation de germe de blé, poisson gras, foie, volaille, champignons… est conseillée. En plus des céréales, ces aliments riches sont une grande source de vitamines du groupe B.

Pour les apports en fer, un recours vers les viandes rouges, boudins, coquillages, cacao ou persil est nécessaire. Ils synthétisent l’hémoglobine responsable de l’oxygénation du bulbe du cheveu. L’ingestion du fer est facilitée par la vitamine C. Tout cela stimule les follicules pileux pour provoquer la repousse des cheveux.

Les traitements en médecine parallèle

Certaines médecines douces interviennent dans le traitement de la perte de cheveux, en particulier l’homéopathie, sans effets secondaires.

L’homéopathie en traitement anti-chute de cheveux consiste en une dose de Parathyphoidinum B 15CH associé à cinq granulés de Thallium metallicum 4CH par jour. Ce traitement doit en principe durer 3 mois. S’il s’accompagne de fatigue, complétez-y cinq granules de Phosphoricum acidum par jour.

Il est également possible de se faire une greffe de cheveux. Cette technique en plein essor ne demande plus obligatoirement de chirurgie.

Comment éviter de perdre ses cheveux après accouchement ?

Même si perdre des cheveux après accouchement est un phénomène naturel, quelques précautions permettent d’en limiter l’ampleur.

Améliorer sa qualité de vie

Pour contrer l’alopécie post accouchement, il est nécessaire de constituer une alimentation équilibrée et veiller sur la qualité de son sommeil. On peut également suivre des régimes à base de complément alimentaire, notamment en vitamines B, zinc, fer…

Éviter certains produits

Une attention particulière sera portée sur les soins capillaires utilisés (pendant la grossesse). Les produits qui stimulent la relance et la pousse des cheveux seront privilégiés par rapport aux autres pour la routine capillaire. L’objectif ici est d’éviter les produits capillaires inadaptés afin de retrouver des cheveux naturels. Couper les cheveux pour développer de nouveaux cheveux est aussi une bonne alternative.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page