La chimiothérapie est une technique qui consiste à utiliser des substances chimiques pour traiter une maladie. Il s’agit d’une méthode thérapeutique utilisée pour le traitement du cancer. Toutefois, force est de constater dans la plupart des cas des effets secondaires sur chaque patient ayant reçu une chimiothérapie. Pour lever toute équivoque sur le sujet, il convient de préciser à quel moment apparaissent ces effets indésirables. Aussi, il s’avère utile d’indiquer les traitements pour diminuer la survenue ou la fréquence des effets secondaires.

À quel moment surviennent les effets secondaires de la chimiothérapie ?

L’apparition des effets secondaires sur les patients traités par chimiothérapie résulte du fonctionnement même de la thérapie et de ses conséquences sur l’organisme.

Fonctionnement de la chimiothérapie

Pour mieux comprendre le fonctionnement de la chimiothérapie, on peut prendre l’exemple du cancer. En effet, les patients atteints du cancer ont des cellules cancéreuses. Il s’agit de cellules qui, au départ, faisaient partir des couches de l’organisme. Elles deviennent ensuite anormales et présentent des dysfonctionnements dans les processus biologiques normaux.

Pour traiter le cancer, la chimiothérapie essaie de renouveler les éléments cancéreux en s’attaquant aux mécanismes de prolifération et de division pour détruire les cellules. Cela vise à éliminer toutes les cellules cancéreuses puisqu’elles n’arrivent pas à se renouveler comme les cellules normales.

Le moment d’apparition des effets secondaires : conséquences de la chimiothérapie

Les effets secondaires apparaissent généralement après la thérapie ou dans certains cas pendant la chimiothérapie. En s’attaquant aux cellules cancéreuses, la chimiothérapie impacte aussi les cellules saines. Les effets secondaires surviennent pendant que les cellules normales ou saines récupèrent et essaient de se renouveler.

Ainsi, selon le dosage et la durée des traitements médicamenteux, les effets secondaires peuvent être rapides et intenses ou non. Il ressort de ce fait que plus le patient reçoit des doses de chimiothérapie, plus il est enclin à subir des effets secondaires. Plusieurs effets secondaires peuvent subvenir après ou au cours de la chimiothérapie.

Les différents effets secondaires de la chimiothérapie

À la suite d’un traitement par chimiothérapie, les patients traités ressentent souvent certains effets secondaires qui peuvent être intenses ou rapides.

Baisse du nombre de cellules sanguines

La baisse du nombre de cellules sanguines est l’effet secondaire le plus courant de la chimiothérapie. Il s’agit de la résultante de la chimiothérapie sur les cellules sanguines fabriquées dans la moelle osseuse. Le nombre de cellules sanguines atteint souvent son plus bas niveau entre 7 à 14 jours après la chimiothérapie.

Nausées et vomissements

Les nausées et vomissements sont des effets secondaires qui peuvent apparaître au cours des premières heures qui suivent l’administration des agents chimio thérapeutiques. Durant environ 24 heures, ils peuvent également entrainer la fatigue ou encore la perte d’appétit.

Perte de poils et de cheveux

La perte de poils et de cheveux (alopécie) est un effet secondaire courant de nombreux agents chimio thérapeutiques, mais pas de tous. Les follicules pileux sont endommagés par la chimiothérapie parce que les médicaments affectent les cellules qui se développent rapidement. La perte de cheveux est temporaire et les cheveux repoussent habituellement une fois que vous avez terminé la chimiothérapie.

Douleur

Certains patients peuvent ressentir des effets indésirables comme des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête et d’estomac. Il peut également avoir des douleurs au point d’injection ou encore dans la bouche.

Troubles de l’audition

Certains types d’agents chimio thérapeutiques peuvent endommager l’oreille interne, causant ainsi une perte de l’audition ou des troubles de l’équilibre. Ces effets disparaissent généralement après le traitement.

Troubles sexuels et troubles de la fertilité

La chimiothérapie peut entrainer un sentiment de fatigue et affecter ainsi l’intérêt sexuel des patients ayant subi des traitements médicamenteux. Elle peut aussi endommager les organes reproducteurs et causer des troubles de la fertilité. Chez la femme, elle peut être source de ménopause provoquée avec les traitements anticancéreux par exemple.

Dommages aux organes

Même s’il est assez rare pour le souligner, il faut noter tout de même qu’il arrive que des organes soient endommagés à l’issue de la chimiothérapie. Les organes pouvant être affectés par la chimiothérapie sont entre autres :

  • Le cœur et les poumons ;
  • Le foie et les reins ;
  • La vessie et les organes reproducteurs ;
  • L’appareil reproducteur féminin et masculin ;
  • Le système nerveux.

Tous les dommages liés aux traitements ne surviennent pas forcément au même moment. Certains types de dommages aux organes apparaissent plus tard que d’autres. On note dans certains cas l’apparition de troubles cardiaques et pulmonaires plus tard dans la vie, des années après l’administration d’une chimiothérapie.

Cancers secondaires

Certains types d’agents chimio thérapeutiques font augmenter le risque de cancer secondaire, mais cela reste un évènement assez rare. En effet, il existe des cas où le traitement en question engendre d’autres cancers secondaires.

Les soins pour diminuer la survenue ou la fréquence des effets secondaires

Plusieurs soins peuvent être envisagés pour diminuer la survenue ou la fréquence des effets indésirables de la chimiothérapie. Il s’agit entre autres de :

  • La relaxation et l’acupuncture ;
  • La sophrologie et la psychothérapie ;
  • L’hypnose, voire autohypnose, 

Ces soins qualifiés de supports permettent de soulager ou de mettre à distance les angoisses et douleurs. Toutefois, il faudra d’abord les soumettre à son oncologue, infirmière de coordination ou médecin généraliste. L’intérêt est de pouvoir encadrer les soins.  

Certaines méthodes et soins peuvent en effet être incompatibles avec les traitements en cours. L’attitude à adopter sera de se renseigner auprès des associations de patients reconnues et des centres régionaux de lutte contre le cancer. Il est également envisageable de se rendre sur les sites des institutions de lutte contre le cancer pour obtenir des informations beaucoup plus justes.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page