La chimiothérapie communément appelée « chimio » est l’un des traitements les plus efficaces utilisés pour traiter la maladie du cancer. Malheureusement, cette thérapie nécessitant parfois le port de casques n’est pas sans conséquence sur l’organisme, la santé et la peau puisqu’elle possède des répercussions sur le cuir chevelu. En effet, les médicaments utilisés dans le cadre de la chimiothérapie et/ou avec radiothérapie s’attaquent aux cellules responsables des poils des cheveux pour entrainer une alopécie. Il est donc fréquent de voir des patients et patientes du cancer qui perdent des poils sur l’ensemble de leur corps, dont la peau et la tête.

Notion de chimiothérapie

La chimio est un traitement qui, reposant sur l’utilisation de certains médicaments, vise à éliminer les cellules cancéreuses de toutes les parties du corps des patients et des patientes. Elle empêche ces cellules de se multiplier et si possible elle les tue pour éradiquer la maladie et épargner la vie du sujet. Ce traitement systématique agit par voie générale à travers les produits utilisés.

Comment ça fonctionne ?

Dans le cadre de la chimio, les médicaments utilisés s’associent entre eux suivant les prescriptions du médecin. Leur choix dépend de la situation personnelle du sujet atteint. La chimiothérapie peut être proposée après une chirurgie, une intervention relative à la tumeur ou dans le cas des métastases.

Parfois utilisée comme traitement unique, elle s’associe à une radiothérapie dans certains cas pour un soin plus efficace. La chimiothérapie peut être administrée par injection (avec un boîtier placé sur le thorax ou relié à une veine) ou par la bouche (comprimés ou gélules).

Les effets indésirables de cette thérapie

Les effets secondaires de la chimiothérapie sur la peau, les cils, sourcils et la santé en général ne sont pas systématiques, mais plutôt modérés. Le traitement peut s’avérer efficace même en absence d’actes secondaires comme le changement de couleur de cheveu. Chaque médicament utilisé dans le cadre de cette thérapie a une certaine toxicité ce qui fait que les risques évoluent suivant plusieurs éléments.

Il s’agit du type de médicament administré, de la dose du soin, de l’association, de la réaction individuelle et de l’état général de santé du sujet. Au nombre de ces conséquences figurent la fièvre, l’écoulement, la rougeur, les frissons, les douleurs sur le cuir chevelu, les dommages du système pileux et la perte de cheveux.

La perte de cheveux : un effet mal vécu de la chimio

Avec le traitement de chimiothérapie, les cils, sourcils, poils pubiens et surtout les cheveux tombent de façon provisoire chez les femmes et hommes. Le cuir chevelu reprend toutefois ses marques et la chevelure repousse à l’arrêt de la thérapie.

Le cas de l’alopécie

Les cheveux, cils et sourcils qui tombent étant mal vécus par les sujets, la plupart des malades surtout les femmes manifestent un traumatisme. Ces derniers doivent se préparer à la situation pour ne pas être déçus du résultat de la face, de la chevelure et du système pileux après traitement.

Les contraintes du cancer (port de casques ou perruques) et le traitement ajouté à la perte de cheveux peuvent atteindre les victimes dans leur image corporelle. La perte de cheveux due à la chimio touche les hommes comme les femmes et se manifeste comme un événement assez spectaculaire.

En attendant la repousse de la chevelure, ils doivent reprendre le coût de la vie en faisant face au souci pileux. Pour les réconforter, certaines organisations proposent des rencontres entre les intéressés pour des discussions sur les alternatives disponibles face à la situation.

Comment se passe la chute de cheveux ?

Il est important de savoir que tous les médicaments de la chimiothérapie ne causent pas une perte de cheveu chez les patients. Vous pouvez donc voir des personnes atteintes du cancer et se soignant avec les médicaments qui ne manifestent pas des pertes de cheveux ou autre ennui capillaire. Pour traiter le sujet, le médecin lui signale au prime abord si le traitement peut provoquer ou non une alopécie afin qu’il prenne ses marques.

L’intéressé peut alors prendre ses dispositions pour se préparer à cette alternative de souci capillaire. Pour identifier le moment où commencera la perte de cheveux, il faut dire que des douleurs ou picotements s’observent au niveau de sa tête. Ces effets durent quelques jours et peuvent aussi se manifester pendant la radiothérapie.

La survenue de la chute de cheveux

Dans le cas d’une chimiothérapie, la perte de cheveux est fréquente et temporaire, mais souvent progressive. Le déroulement peut être légèrement différent d’un sujet à un autre.

Les manifestations de la chute de cheveux liée à la chimiothérapie

La perte de cheveux commence en général entre deux et trois semaines après la réception de la première perfusion. De leur côté, les cheveux commencent à partir de six mois après la fin du traitement. Il est à noter que les cheveux repoussent différemment (généralement plus fins) au début. Si le patient avait des cheveux bouclés, il est possible qu’ils deviennent raides au moment de la repousse.

L’importance de l’alopécie due à la chimiothérapie

Le degré d’importance de cette maladie relative au cuir chevelu varie selon plusieurs éléments. Il s’agit principalement de la qualité des cheveux et de l’âge du patient. La dose administrée et le type de médicament utilisé pour le traitement peuvent aussi influer sur l’importance de la chute des cheveux. Ce mal est plus remarquable chez certaines personnes et moins important chez d’autres sujets.

Comment limiter la chute des cheveux ?

Pour un patient atteint du cancer, il est bien possible de limiter la perte des cheveux créée par les traitements anti-cancer en suivant certains conseils. Il faudrait par exemple traiter les cheveux avec grande précaution (lavage et brossage doux) et éviter les teintures, les mises en plus et les brushings entre les cures.

Certains sujets décident également de raser la tête avant la chute de cheveux pour limiter le caractère désagréable de la perte. Des produits comme le foulard, le casque à froid, la prothèse et les perruques sont aussi utilisés pour gérer ce problème capillaire. Les perruques et les casques réfrigérants sont généralement utilisés sur conseils.

Les soins esthétiques

En cas de chute de cheveux, il est possible de se diriger vers des esthéticiens pour prendre conseil. L’une des alternatives proposées par ces professionnels est le port de la perruque, un accessoire qui doit être choisi au début du traitement.

Il est important d’opter pour une perruque de forme et couleur adaptées à sa physionomie afin que la chute de cheveux se remarque le moins possible. En dehors de la perruque, le casque à froid, le foulard et la prothèse protègent également la tête.

Le casque réfrigérant

Pour les traitements anti-cancer, le casque réfrigérant (à froid) est souvent utilisé contre la chute des cheveux. Cet accessoire (alternative efficace à la perruque et à la prothèse) peut s’avérer très performant puisqu’il supporte mieux le soin, mais il n’est pas adapté à tout le monde.

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page